lundi 16 avril 2012

France, Bassin d'Arcachon : les huîtres, les moules et les palourdes interdites à la vente

Les ostréiculteurs et les pêcheurs du bassin d'Arcachon ont appris qu'après les moules de tout le Bassin, suivies des huîtres et coquillages du banc d'Arguin, ce sont les huîtres et coquillages de l'ensemble du bassin d'Arcachon, et pour la toute première fois les palourdes, qui sont désormais interdits au ramassage, à la vente et à la consommation, en raison d'une présence anormalement importante de dinophysis, une algue qui prolifère en cette saison.



Les seuils sont trois fois plus élevés pour les huîtres et cent fois plus pour les moules : " Du jamais vu. "

Cette interdiction durera au moins deux semaines, puisqu'il faut deux tests négatifs de suite pour la lever. Ifremer procède aux prélèvements le lundi et donne le résultat des analyses le jeudi.



Nature alerte


 L’acidification des océans menace l’ostréiculture aux Etats-Unis
©LIONEL BONAVENTURE / AFP
15/04/2012 12:54 pm
L’acidification des océans, due à l’augmentation du CO2 dans l’atmosphère, menace les cultures d’huitres le long des côtes américaines. Une équipe de chercheurs américains vient de relier l’acidification de l’eau avec les forts taux de mortalité observés dans les élevages ostréicoles depuis 2006.
Le plus fort impact est observé durant les 24 premières heures de vie des larves durant lesquels les jeunes huitres fabriquent leurs premières coquilles. L’acidification des océans diminue la disponibilité des carbonates de calcium nécessaires à la fabrication des structures calcaires comme les coquilles ou les récifs de coraux. « Je pense que le message de cette étude est clair. Les larves d’huitres du pacifique sont pour l’acidification des « canaris dans les mines de charbon ». Quand les niveaux de CO2 sont trop élevés, elles meurent. Quand la concentration baisse, elles vivent. » alerte Richard A. Feely, co-auteur de l’étude, dans le New York Times. Ces dernières années, les nurseries ostréicoles de l’Oregon ont vu leur production baisser de 80%. « La mortalité des huitres est une alerte non contestable que les océans sont en danger et que nous devons réduire nos émissions de CO2 si nous voulons avoir des huitres, des coraux et des baleines » précise Miyoko Sakashita, à l’origine d’une pétition adressée à la Maison Blanche.
Good planet 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire